L’art télématique

L’art télématique

Les projets artistiques qui se servent principalement de l’ordinateur et de la télécommunication  sont  associés pour représenter l’art télématique.

Les principes de l’art télématique  ne reconnaissent plus la relation classique entre sujets actifs et objets d’art passifs, plutôt les contextes interactifs sont engendrés pour améliorer les entretiens à distance. La radio, la télévision et les médias de masse en général ont abusé ces principes pour réaliser des shows et des applications grand public, parfois appelées transmedia.    

Roy Ascott et l’art télématique

Roy Ascott était professeur au Département Art des Médias de l’Université de Californie et en même temps il pratiquait l’art télématique aux Etats Unis. Concrètement en 1978, il démarra des projets de collaboration en ligne où les spectateurs sont appelés à participer dans la création active d’une activité  durant tout le processus.   Pour réaliser cet art télématique, Roy Ascott, en sa qualité d’artiste, a développé son invention en intégrant l’ordinateur et le télécopieur dans ses instruments de communication.  Il s’est fixé d’établir les filiations  d’une conscience planétaire par la faveur des réseaux informatiques, et aussi télématique.

Les artistes français

L’infrastructure grand public de la France a été représenté vers le début des années quatre vingt par le Minitel. Les essais  en matière d’art télématique dataient pourtant les années 70. Simon Nora et Alain a inventé le mot « télématique » en 1978 dans le cade d’un projet d’informatisation de société. Cependant, des artistes français se sont associés pour effectuer des expériences artistiques, tout d’abord grâce au Minitel, et puis développées sinon remplacées par des applications web. 

jean-marc-philippe.jpg

Parmi les précurseurs de l’art télématique français, il s’agit de rappeler Jean Claude Anglade, de Jacques-Elie Chabeet, Jean Marc Philippe, Olivier Auber, Marc Denjean, et tant d’autres qui ont réuni leur savoir faire pour optimiser l’utilisation des moyens disponibles.  Comme tous autres artistes de l’art télématique, ces français ont fini par contribuer aux applications sur le web dont  le facebook, le twitter, etc.